CONON DE BÉTHUNE

Artois, vers 1150 - 17 décembre 1219 ou 1220

 


Chevalier-poète picard, apparenté à la famille de Hainaut, dixième fils de Robert V, puissant avoué de la cité d'Arras. Deux fois croisé, il joua un grand rôle durant la quatrième croisade (qui aboutit à la prise de Constantinople en 1204) où il accompagna Baudouin, comte de Flandre qui y devint empereur.

Il fut régent de l'Empire latin d'Orient pendant l'absence de son seigneur et devint gouverneur d'Andrinople,

ville de Turquie qui s'appelle aujourd'hui Edirne, où il mourut en 1219 ou 1220.

Une rue de Béthune porte aujourd'hui son nom.

Il fut à la fois un valeureux guerrier et un remarquable poète, éduqué par son parent Huon d'Oisy , châtelain de Cambrai. Il fut également compositeur. Villehardouin qui l'estimait écrivit à son sujet : "Bon chevalier et sage estoit et bien eloquens."

Auteur réputé de chansons (dix nous sont parvenues avec leur notation musicale) il célèbre les thèmes traditionnels de l'amour courtois sur un ton gracieux ou ceux de la croisade dans un registre véhément.

C'est lui qui introduisit dans le cycle courtois l'image souvent reprise du croisé quittant celle qu'il aime.

Il s'excusa dans une chanson pour son langage, mélange de picard et de francien après qu'on lui eut reproché à la cour, devant témoin et, surtout devant Marie de Champagne, la dame de ses pensées, son accent artésien. A l'époque déjà, le françien commençait à s'imposer au détriment des autres dialectes de langue d'oïl . Il raconta sa mortification en ces termes :

" ... mon langage ont blâmé les François, et mes canchons oyant les Champenois, et la comtesse encor, dont plus me poise. La Roïne n'a pas fait ke courtoise, ki me reprist, ele et ses fieus, li Rois. Encoir ne soit ma parole franchoise ; ne chil ne sont bien apris ne cortois, s'ils m'ont repris se j'ai mos d'Artois, car je ne fui pas norris a Pontoise."


Chanson de Croisade


Bien me deüsse targier
De canchon faire et de mos et de cans,
Cant me covient eslongier
De le meillour de toutes les vaillans,
Si en puis bien faire voire vantanche,
Ke je fas plus, chertes, ke nus amans,
Si en sui mout endroit l'ame joians,
Mais dou cors ai et pitié et pesanche.

On se doit bien esforchier
De Deu servir, ja n'i soit li talans,
Et le car fraindre et plaissier,
Ki tous jours est de pechier desirans ;
Adont voit Deus le double penitanche,
hé, las ! se nus se doit sauver dolans,
Dont doit par droit me merite estre grans,
Car plus dolens ne se part nus de Franche
Vous ki dismés les croisiés,
Ne despendés mie l'avoir ensi ;
Anemi Deu en seriés.
Dieus ! Ke poront faire si anemi,
Cant tuit li saint trenleront de dotanche.
Devant chelui ki onkes ne menti !
Adont seront pecheour mal bailli,
Se se pitiés ne cuevre se poissanche.

Ne ja por nul desirier
Ne remanrai chi avuec ches tirans,
Ki sont croisié à loier
Por dismer clers et borjois et serjans ;
Plus en croisa covoitiés ke creanche.
Mais chele crois ne lor iert ja garans,
A nul croisié, car Deus est si poissans
Ke il se venge a peu de demoranche.

Li keus s'en est ja vengiés
Des haus barons ki or li sont failli.
C'or les voussist empirier
Ki sont plus vil ke onkes mais ne vi.
Dehait li ber ki est de tel sanlanche
Com li oisiaus ki conchie sen ni !
Peu en I a n'ait sen regne honi,
Por tant k'il ait sor ses homes poissanche.

Ki ches barons empiriés
Sert sans eür, ja n'avra tant servi
K'il lor en prende pitiés ;
Por chou fait bon Dieu servir, ke je di
K'en lui servir n'a eür ne cheanche :
Ki bien le sert, et bien li est meri.
Pleüst a Deu c'Amours fesist aussi
Envers tous chiaus ki en li on fianche !

Or ai jou dit des barons sanlanche ;
Se lor en poise, de chou ke je le di,
Si s'en prendent a men maistre d'Oisi¹
Ki m'a apris a canter des enfanche.

¹ Huon d'Oisy, châtelain de Cambrai.

voir Conon de Béthune dans la rubrique Bibliographie


Copyright(c) Pascal Bacro 2008- all rights reserved
Tous droits de propriété intellectuelle et industrielle réservés



valenciennes