DURAND (ou DURANS) DE DOUAI

Flandre, XIIIe siècle

 


Trouvère du XIIIe siècle qui a donné son nom à une rue de Douai. Il est l'auteur d'un conte se déroulant dans cette ville, Les trois Boçus Meneterels [ La Farce des trois bossus], sujet d'origine arabe, probablement importé d'Orient par des croisés, que l'on retrouve dans les Mille et une nuits et dans des contes tartares, dont nous reproduisons un extrait


Seignor, se vous volez atendre
Et .I. seul petitet entendre,
Jà de mot ne vous mentirai,
Mès tout en rime vous dirai
D'une aventure le fablel.

Jadis avint à .I. chastel,
Mès le nom oublié en ai,
Or soit aussi comme à Douay,
.I. borgois i avoit manant,
Qui du sien vivoit belemant.
Biaus hom ert, et de bons amis,
Des borgois toz li plus eslis,
Mès n'avoit mie grant avoir ;
Si s'en savoit si bien avoir
Que moult ert créuz par la vile.

Il avoit une bele fille,
Si bele que c'ert uns delis,
Et, se le voir vous en devis,
Je ne cuit qu'ainz féist Nature
Nule plus bele créature.
De sa biauté n'ai or que fère
A raconter ne à retrère,
Quar, se je mesler m'en voloie,
Assez tost mesprendre I porroie ;
Si m'en vient miex tère orendroit
Que dire chose qui n'i soit.

En la vile avoit .I. boçu,
Onques ne vi si malostru ;
De teste estoit moult bien garnis
Je cuit bien que Nature ot mis
Grant entencion à lui fère.
A toute riens estoit confrère ;
Trop estoit de laide faiture ;
Grant teste avoit et laide hure,
Cort col, et les espaules lées,
Et les avoit haut encroées.
De folie se peneroit
Qui tout raconter vous voudroit
Sa façon ; trop par estroit lais.

Toute sa vie fu entais
A grant avoir amonceler ;
Por voir vous puis dire et conter,
Trop estoit riche durement,
Se li aventure ne ment.
En la vile n'ot si riche homme ;
Que vous diroie ? c'est la somme
Du boçu, comment a ouvré.
Por l'avoir, qu'il ot amassé
Li ont donée pucele
Si ami, qui tant estoit bele ;

Au terme de nombreuses péripéties et de quiproquos, la Dame sera délivrée de son mari bossu qui mourra. Et Durand de Douai de conclure :


Durans, qui son conte define,
Dist c'onques Diex ne fist meschine
C'on ne puist por denier avoir,
Ne Diex ne fist si chier avoir,
Tant soit bons ne de grant chierté,
Qui voudroit dire vérité,
Que por deniers ne soit eus.
Por ses deniers ot li boçus
La dame qui tant bele estoit.
Honiz soit li homs, quels qu'il soit,
Qui trop prise mauvès deniers,
Et qui les fist fère premiers.

AMEN

(Explicit des .III. Boçus menesterels).

A lire, le texte intégral des Trois bossus ménestrels, dans la rubrique Textes en Ligne.


Copyright(c) Pascal Bacro 2008- all rights reserved
Tous droits de propriété intellectuelle et industrielle réservés



valenciennes