COURTOIS D'ARRAS
Li Lais de Courtois

LE PÈRE
Jetés, jetés vos biestes fors ;
bués et vakes, brebis et pors
piech' a deuissent estre as chans.
Or est l'erbe arosee et tenre ;
li losegnos et li chalendre
ont piech' a commencié lors chans.
Or sus, biaus fieus, trop as geü :
ja deüssent avoir peü
ti agnelet l'erbe menue.

LE FRÈRE
Peres, trop m'i poés grever ;
tart chouchier et matin lever,
tel vie ai tos jors maintenue ;
tous jours a mon pooir vous serf,
moi prendés com le vostre sierf,
si m'estuet soignier tot l'afaire ;
du tout m'avés le col carchiet.
Mais mes frere en a bon marciet,
qui bien est de vous por nient faire.
Mainnés est et menres de moi ;
ains nel peuistes metre od moi
de faire riens qui vous pleuist,
nis d'aler en camp a vos bestes.
Foi ke doi vous, ki mes pere estes,
par raison faire le deuist.
Bien a son tans et son meriel
qui boit et jue au tremeriel
chou ke nous gaagnons andui !

LE PÈRE
Biaus fieus, que vieus tu que jou faice ?
Se jou le fier et jou l'enchaice,
il iert molt grant perieus de lui,
car il n'aprist onques mestier
qui ja li doive avoir mestier
en nul païs u il s'enbache ;
si n'en sai quel consel j'en croie.
Adiés atenc qu'il se recroie
ains ke jou le fiere ne bace,
si ne l'os de moi estrangier.

COURTOIS
Or soit diable en tent dangier !
Dehait ja mais le souffera !
Je me vuel de vos departir ;
mais anchois vuel a vous partir,
s'arai cho qu'a moi aferra.
Bien sai que vos mieudres cateus
est en biestes et en aumeus ;
mais n'ai soing de pelue aumaille :
sec argent nes priseroit nus.
Donés moi en deniers menus
mains ke ma partie ne vaille.

LE PÈRE
Biaus fieus Cortois, car soiés chois,
si mangiés del pain et des pois,

si lai ester ta fole entente.

COURTOIS
Peres, chi a povre manaie :
soz ciel n'a liu qu'atretant n'aie ;
pain et pois me doit Dieus de rente.

LE PÈRE
Biaus fieus, tu paroles com fols.
Nonporqant j'ai soissante sols ;
puis que li alers te delite,
cels avras tu par tel convent
que tu vuerpis le remenant
et del tout le me claime quite.

COURTOIS
Peres, bailliés moi ça le borse.
Soz ciel n'a si legiere torse :
ja ne cuic veoir que le tiegne.
Jel prenderai par tel devise
qu'atant en aie ma part prise,
comment qu'il onques en aviegne.

LE PÈRE
Tien, biaus fieus, il sont bien conté.
Dieus te doinst valor et bonté,
que bones novieles en oie !
Car tu n'atens point de socors
par quoi puisses estre recos,
se tu piers che tant de monoie ;
s'est li siecles fel et repoins !

COURTOIS
Pere, a hasart et a plus poins
sai jou trestoute la queriele.
Foi que doi vous que je molt ain,
jou n'arai trop soit ne trop fain
tant ke j'aie tel loqueriele.
Cist soissante sols feront plus
que teus cent mars en a repus
ens el tresor Gerard Lenoir,
dont il n'est fors ballius et garde,
n'il n'a pooir qu'il les escarde
avuec lui ne avuec son oir.
Petit pris avoir ferloiet ;
celui tieng jo a emploiet
dont on puet faire son conmant :
a la borse me reconnois.
Adieu, biaus peres, je m'en vois.

LE PÈRE
Biaus fieus, va : a Dieu te conmant.

II

Or s'est Cortois mis a la voie,
sa borse em porte bien enflee,
qu'il a si grant et si huvee :
ne cuide que ja mais li faille.

COURTOIS
Dieus ! tant escot de sols et maille !
Quant avrai jou tout ce gasté ?
Qui eüst un cambon salé
et plain pot de bon vin sor lie,
sor un petit de raverdie
se fesist ja trop bon mucier !

Atant ot un garchon hucier.

III

LE GARCON
Chaiens est li vins de Soisçons !
Sor l'erbe verde et sor les jons
fait bon boivre et hanap d'argent ;
caiens croit l'en a tote gent,
chaiens boivent et fol et sage,
chaiens ne laisse nus son gaje !
Ne l'estuet fors conter la dete :
tesmoing Mancevaire et Pourete,
qui çaiens mangüent et boivent
et s'acroient qanqu'eles doivent,
n'onques n'en paient un festu.

COURTOIS
Hé ! Dieus, aorés soies tu,
qui m'as mené en tel contree
ou jou ai tel plantet trovee !
Mout voit qui va par le païs ;
molt ert mes peres fols naïs
qui si m'avoit espoenté,
et partout a I grant plenté
c'on a assés vin et vitaille
por faire a l'oste escrit et taille.
Mout est fols ki assés n'acroit.
Et Dieus I viegne et Dieus I soit !
Çaiens fait meillor k'an mostier.
Ostes, que vent on le sestier ?
Et qant fu cis vin aforés ?

L'HÔTE
Hui main fu perciés et forés,
se vent on sis deniers le lot ;
mais nus n'en boit ki ne s'en lot.
Se chaiens a riens ki vous haite,
commendé le, si sera faite.
Çaiens sont tuit li grant delit,
cambres pointes et soef lit
haut de blanc fuerre et mol de plume,
fait a le françoise coustume,
covertures bieles et netes
et oreilliers de violetes,
et, qant ce vient a la parclose,
laituaires et iaue rose
por laver sa bouche et son vis.

COURTOIS
Dieus ! chi a ostel a devis,
que quanc'on vieut I trueve l'on.
Ostes, sakiés demi galon,
car je l'aim mout fres et noviel.

L'HÔTE
Leket, trai li a plain toniel,
tout pur, foi que vous m'i devés.

IV

POURETTE
Ha ! sire damoisiaus, bevés !
Que Dieus beneïe tes ieus !
Li remenans en vaura mieus,
se cil biel dent et cele bouche
a no hanap adese et touche.
Ja samblés vous de nostre gent.
Bevés a cest hanap d'argent ;
encor est chis los tous entiers.

COURTOIS
Ma damoisiele, volentiers ;
car feme ne haï jou onques.

POURETTE
Ha ! frere, car vous seés donques.
Dont estes vous ?

COURTOIS
Je sui d'Artois.

POURETTE
Conment avés vous non ?

COURTOIS
Cortois
m'apele l'en, ma douce amie.

POURETTE
Vilains voir ne sanblés vous mie ;
ains croi bien en mon cuer et pens
q'an vous ait cortoisie et sens.
Car pleüst or a saint Remi
que j'eüsse ausi biel ami !
Par un convent, ne rois ne quens
n'orent onques tant de lor boens
com il avroit sans oevre faire.
Di jou voir, dame Mancevaire ?

MANCHEVAIRE
Oïl certes, dame Porrete ;
bien li sariés sorre se dete,
et reubes et ronchis livrer,
mais k'il se gardast de juer.
Chi n'afiert pas lons serventois :
Porrete, entre vous et Cortois
avenriés mout bien per a per.

COURTOIS
Or, Manchevaire, del gaber
ne puis jou pas entre vous deus ;
mais encore soie jo seus,
si tieng je por fole ki cuide
que je parole a borse vuide ;
ains a chaiens auchune chose.

MANCHEVAIRE
Cortois, chou n'est mie falose :
je connois li tant et ses mours
qu'ele vous ainme par amours.
Je ne sai s'ele fait savoir ;
mais, s'anmie volé avoir,
je vous di bien et aseür
que vous avés trové eür,
biele dame mignote et cointe,
bien gaagnant et bien repointe,
si ne vous ainme mie a gap.
Cortois, vierse vin el henap,
qui n'est de tilluel ne de tranble.

COURTOIS
Leket, nous beverons ensanble ;
assés avons hanap en un,
si conterons tout de commun
moi et Mancevaire et Porrain,
dusqu'il vanra au daarrain,
qant vanra a l'escot paier.

POURETTE
Cortois, laissiés nous assaier
ce c'est del vin ke nous bevons,
car Leket croire ne devons :
soz chiel n'a si fort larronchiel.

LEQUET
Voiés com fait le lionchiel.
Il est d'Auchoirre.

POURETTE
Ains est franchois.

COURTOIS
Bevés.

POURETTE
Vous beverés anchois.

COURTOIS
Mieus l'aim après vous ke devant.

POURETTE
Tenés, com sade et bien bevant
le poés trover et sentir,
et si vous di bien sans mentir
qu'il ne criut pas en le Rociele ;
mais vostre amie et vostre ancielle,
qui bien vous ainme de cuer fin,
vous done par amors le vin
et, saciés, pas ne vous dechoi.

COURTOIS
Damoisiele, jou le rechoi
de bon cuer et de bon corage.

POURETTE
Et j'en apiele le bevrage
de ceste amor ki si s'afruite.

MANCHEVAIRE
Tasiés, dame ; toute estés cuite ;
chou doit dire une fole garche.

POURETTE
Nous avrons qanke tiere carge
se l'on le truist encore anuit.
Esgarde, pute, quel deduit !
Fu ainc mais feme si a aise ?
Dieus ! que doit or qu'il ne me baise ?
Com je le truis viers moi eskiu !

COURTOIS
Taisiés, dame, assés arés liu :
ce faz jou pour le gent deçoivre.

MANCHEVAIRE
Il a bien dit ; donés nos boivre.

COURTOIS
Certes, dame, vou avés droit.

MANCHEVAIRE
Versés dou vin a leke doit.

COURTOIS
Bevés assés, bon preu vous fache !

POURETTE
Voire entrues que nus ne nos chace,
Cortois, ne soiés pas honteus :
c'est chaiens uns privés hosteus :
se vous volés la fors aler,
en cel jardin, por estaler,
ja mar en soferés disete.
Car mar l'i met ki ne l'en giete ;
por nous laissier ne le convient.

COURTOIS
Voir avés dit ; or me sovient :
d'irai la fors un poi juer.

V

POURETTE
Ore, pute, de l'enivrer,
car nous avons trové Gavain !
Ba ! il fait le cortois vilain !
Il cuide avoir trové beloces,
mais ains qu'il ait paié ses noches,
abaissera mout sa borsee
qu'il a si grant au cul torsee :
bien li sarai rere les costes.
Parlés a nous un poi, biaus ostes,
si nous soiés loiaus compaing.

L'HÔTE
K'i a, dames ? il a gaaing ?
Bien me doit estre descovert.

POURETTE
Nous avons trové un foubiert,
si l'ai en covent a amer,
mais ains je cuic bien entamer
le borse k'il a si huvee.

L'HÔTE

Avés vous dont borse trovee ?
Por Diu ! pensés del bien escorre.

POURETTE
Nus hom ne l'en poroit rescorre
que jo ne li face son giu.
Nous le lairons chi en no liu
por no dete et por no escos.
Et vous, ne soiés mie sos,
ne de gage prendre laniers ;
mais jetés le main as deniers :
mout en i a, ne sai qantiel ;
puis li deffublés le mantiel ;
et le cote, tout sans dangier,
li faites a piour cangier.
Qant il avra laissié sa carge,
si le bouté la fors au large ;
ensi n'en avrons ja mais cuivre.

L'HÔTE
Tasiés, bien en serons delivre.

VI

COURTOIS
Dieus ! com la fors a biel cortil !
Com il I fait biel et gentil !
Soz ciel n'a erbe qui li faille.

POURETTE
Leket, aporte le toaille,
et l'euve caude, et les bouclers.

LEKET
Vé les chi, mout biaus et mout clers,
et l'iauve caude de saison.

COURTOIS
Le coustume de la maison
ne doi je fraindre ne brisier ;
car cle fait mout a prisier,
De qanque cor d'ome delite
sont ci li souhait de Melite,
si com je pens et adevin.

POURETTE
Manchevaire, verse del vin :
l'on doit boire apriés le laver.

COURTOIS
Je n'en ferai ja tant l'aver,
mais bevés en a plainne coupe.
Porre, vieus tu faire une soupe ?
S'atenderas mieus le souper.

POURETTE
Onques n'amai en vin souper ;
Mais or bevés, biaus amis dous,
et puis si parlerons a vous,
si nous consillerés au mieus.

COURTOIS
Or pues dire quanque tu vieus,
quar je l'otroi sans contredire.

POURETTE
Ains savés ke je vous vuel dire ?
Ki bien vieut boire et bien mangier,
querre l'estuet et enginier
et par sens traire le meriele.
Nous irons en nostre queriele
un petit, si ne nou anoie ;
s'aporterons de la monoie,
que li deniers est boins compaing.
Et vous, bevés sor le gaaing ;
mais gardés que vous ne jués,
et de chi ne vous remués ;
quar l'amitié seroit desroute.

COURTOIS
Tasiés, ja mar en arés doute
que je joue se revenrés.

POURETTE
Certes envis vous en tenrés ;
molt i avés les dois maniers.
J'ai grant paor de ces deniers
qu'i ne vous en mesquieche as dés.

COURTOIS
Tenés, kieles ! si les gardés.
Cuidiés j'en aie si grant fain ?
Je les aim mieus en vostre sain
que je les mesisse en mal preu.

POURETTE
Leket, parole a nous un peu ;
l'uns doit a l'autre raison faire.
Nous en irons en nostre afaire
la u nous savons no conquest,
et tu ses bien comment il est
de la viés dete et de la nueve.
Anchois que mes amis se mueve,
en sera fait a ton conmanT.

LEQUET
Je le croi bien, si le creant
que jou del tout a lui me tiegne.

COURTOIS
Oïl bien, dusqu'ele reviegne
ne me quier de chi remuer.

POURETTE
Leket, fai deus capons tuer,
qu'il soient prest au revenir.

COURTOIS
Alés, laissié m'ent convenir.

VII

LEQUET
Sire, volés oïr bons mos ?
Vos ne savés conment cis sos
est por Pourretain enbuvrés ?
Il est chi pour eles remés,
tant li ont eles fait entendre.

L'HÔTE
Mais alons a lui gage prendre,
car ne vuel pas après lui corre.
Que c'est, Cortois ? u dame Porre
et Mancevaire sa conpaingne ?

COURTOIS
Alees sont en lor gaaingne,
et je sui remés en ostage.

L'HÔTE
Par foi, or ai jou malvais gage
de chou que jou lor ai creü,
et s'avés fol consel eü
qant Porre vous a mis en plege,
la plus fause et la plus sansfege
qui ainc s'entremist de cest art :
plus set Porrete de Renart
que vous ne savés d'Isangrin.
Ele cunchia Damagrin,
entre li et Baudet d'Estruem,
qu'il n'en porterent rien del suen ;
ains furent cunkié si andoi
que l'uns laissa son palefroi.
Mais de chou n'afiert a moi rien ;
je vuel avoir gage del mien,
si en serai plus asseür.

COURTOIS
Ostes, ja mar arés peür,
quar eles revenront par tans ;
et se de riens estes doutans,
tenés cest mantiel en vos mains.

L'HÔTE
Bien avés dit ; or devés mains,
mais il covient le cote avuec.

COURTOIS
Comment en irai je senuec ?
Car n'ai pas apris tel afaire.

L'HÔTE
Par foi, Cortois, il l'estuet faire ;
nes les braies, s'eles sont blances.
Faites tost, deslachiés vos mances ;
nous avons aillors a entendre.

COURTOIS
Tenés.

L'HÔTE
Or n'ai jou mais ke prendre,
ne denier, ne goute d'argent.

COURTOIS
Ostes, fois ke doi toute gent,
je ne sai se je fis que fous,
mais j'avoie soissante sols
humain a mon braier loiés,
ains Porre ne mes a laissiés,
ains les prist et le borse avuec.

L'HÔTE
Par foi, bien en estes senuec
et de le borse et de l'amie ;
saciés qu'el ne vous ama mie,
si com par tans porés prover ;
mais se vous le volés trover,
ne novieles oïr a aucune,
alés vos en droit a Bietune :
legiers estes, si corés fort.

COURTOIS
Ha ! las, com chi a mal confort
del corre a l'orage et au vent !
Bien me dist mes peres sovent
que je fuisse cois en maison ;
mais oncques n'ot en moi raison.
Entendre ne voil a savoir ;
or me covient par estavoir
engien querre de moi garir,
se je ne vuel de fain morir.
Onques ne voil nul aprendre,
ne a nule bone oevre entendre,
s'est bien drois ke je le conpere ;
or n'ai mais retor a mon pere,
ne a parent, ne a ami.

L'HÔTE
Par foit, Cortois, ce poise mi,
que vous avés si esploitié,
et s'ai pau gage le moitié
de çou que por eles deviés.
Cortois, un sorcotiel molt viés
a chaiens, passet a lonc tans,
c'on soloit prester as pierdans :
celui avrés, se vous volés,
se n'irés mie deffublés,
car laide cose est a varlet.
Va moi, s'aporte li, Lequet,
si sera un poi plus honestes.
Par foi, Cortois, eüreus iestes :
mout me vint ore tost a main ;
mais vous le perderés demain,
qant vous venrés en liu estrange.

COURTOIS
Las ! com chi par a povre cange !
Com je sui del tout engingniés !
Bial ostes, a Dieu remaingniés !
Chi ne fait preut, puis c'argens faut.

L'HÔTE
A foi, Cortois, Dieus te consaut !

VIII

COURTOIS
Hé ! las, com par puis estre dolans et engramis
Qant vous a moi aidier estes si endormis !
Perdu ai le consel de parens et d'amis :
bien le m'avoit mes pere acointié et pramis.
Assés me castia, mais ainc n'i voil entendre ;
ainc n'i soc ke maus fu, or le m'estuet aprendre.
De ces deus voies ci ne sai la meillor prendre,
que je ne sai rover, et si n'ai ke despendre.

Par men fol sens me sui et vaincus et mathés ;
fors de l'ecrit mon père sui a tos jors gratés.
Dieus, se c'est por men bien que vous si me batés,
encor porai bien dire : molt vaut sens acatés.

Qanke mes pere dist, trestot tenoie a flable :
or avrai sovent fain qant il sera a table.
A tart me rechonois et me tient desrainable ;
perdu ai le ceval : or fremerai l'estable.

Ensus de mon païs et lonc de m'acointanche,
me convenra soffrir la moie mesestanche.
Hé ! Dieus, ceste povrete me sort a penitanche,
et en tel liu m'amaint u j'aie ma sustanche !

IX


LE BOURGEOIS
Diva, varlés, que te dolouses ?
Tu n'as pas qanque tu golouses ?
Qui t'a embatu en tel ire ?

COURTOIS
Sire, trop i aroie a dire,
mais ke le voir vous en desponde :
je sui li plus chaitis del monde
et del tout li plus mescavés.

LE BOURGEOIS
Taisiés, amis, vous ne savés
que Dieus vous fera chi apriés.
Uns ans ne dure mie adiés ;
uns ans est pere, autres parastre ;
se chieus chi vous tient por fillastre,
soiés si preus et si gentis
que a l'autre an soiés ses fis.
Legiers estes et grans et fors :
savriez garder un fouc de pors.
Amis, conment avés vous non ?

COURTOIS
Sire, Cortois m'apiele on.

LE BOURGEOIS
Cortois, ne sai ke vous en mente :
quatre sols en vo cauchemente
arés dusqu'a le Saint Remi,
se demorer volés a mi
et estre volés mes porkiers.

COURTOIS
Oïl sire, molt volentiers,
mais que j'aie del pain avuec.

LE BOURGEOIS
Par foi, n'en irés pas senuec,
ains en arés grant piece entiere
cascun jor en vo pannetiere.
Si toi, si te repose un peu.

COURTOIS
Ains cacherai fors de la seu
mes pors et metrai en pasture,
la defors en cele couture,
tant qu'il soient saoul et plain.

LE BOURGEOIS
Dont prent ta machue en ta main,
si sanleras mieus del mestier.

X

COURTOIS
Or ai jo qant qu'il m'a mestier.
Hez avant ! que Dieus part i ait,
me chose me vient a souait.
Ceste cars au mien elsïent
ne fu pas norie de glant,
quar el a molt dure le fesse
et l'escine large et espesse.
Bien ait ki si vous a gardés :
bien en porra faire lardés
a part main mesire mes maistre.

Hé ! Dieus, quel eure puet il estre ?
Je deuisse mangier, je quic ;
mais mes pains resanble bescuit ;
plains est de mesture et de drave ;
anvis le mangasse si fave
a l'ostel mon signeur men pere.
Or poroit bien dire mes frere,
s'il savoit que gardasse pors,
que bien est cangiés mes depors
et la vie que mener sueil.
Bien sont vengié de mon orgueil,
s'il savoient ceste souffraite.
Ha ! Dieus, com cis pains me dehaite !
Je cuic k'i soit d'avaine u d'orge :
ja m'aront trenchie la gorge
les pailles et li festu lonc.
Je morroie de fain selonc,
je ne m'i porroie assentir.
Or m'estuet de covent mentir
mon maistre a cui je sui remés.
Ja mais n'enterai en son més,
ne li porc, s'autres nes i mainne.
Mout a chi peneuse emainne ;
q'ainc biens ne m'i pot avenir,
ne, dont il me puist souvenir,
n'i mangai ki vausist maalle :
et s'ai tel fain ke jou baalle ;
mais, qant je regart ceste crouste,
merveille moi que nus en gouste :
tant par est fait de pute blee.
Et s'est ja bien none passee !
Jeüns ne sueil estre a ceste eure.
Hé ! las, com ma char se desveure,
qui soloit mengier devant prime.
Par mon porchacement meïsme,
ai ma vie en duel escuellie ;
je n'ai mie verge vuellie
por moi castoier et donter,
mais machue por effronter,
si me sui ocis a mes mains.
A mon pere, çou est del mains,
n'oseroie je repairier :
allors me convient aairier,
mais ne sai u ne de quel part,
s'ai tel fain ke li cuers me part.
Bien m'oblie Dieus et adosse.
Ne sai se de ces pois en cosse,
qu'a ces pors voi la defouler,
m'en poroie ja saouler
ne ma grant famine aaidier.
Il n'i a fors de l'assaier,
qu'il n'est drois que morir se laist.
Dius noviaus pois avuan me craist,
ausi me truevent il molt maigre.
Las ! com il sont et sur et aigre !
J'en ferai, je cuit, poi d'essart.
Ils vausissent mout mieus au lart,
s'il fussent bien pilet et cuit.
Or morai jou de fain, je cuic.
Grant mestier ai que Dieu m'avoit.
Ha ! Diés, se mes peres savoit
que je vesquisse a si vil fuer.
Li prendroit grant pitiés au cuer,
qu'il me vausist veïr as ieus.
Li ralers ce seroit del mieus,
et puis que faire le m'estuet,
de chou soit ore qu'estre em puet !
Quar anchois que je muire chi,
li vaurai jou crier merci.

Bien sai vers mon païs la voie,
mais trop me douc qu'envis me voie
mes pere et poi del sien me doinst,
qant me vera en si vil point ;
car keüs sui del mont el val.
Se jo revenisse a cheval,
bien vestus d'une reube vaire,
j'euisse assés plus biel repaire.
Mais or n'i ara point de fieste ;
que mes frere est si pute bieste,
bien sai, tost m'ara reprové
que j'arai le chier tans trové.
Encore soit mes frere teus,
s'est mes peres dous et piteus
et bien set entendre raison.

Dieus ! or voi jou nostre maison,
les fenestres et les arvols,
dont jo me parti comme fols.
Mon pere voi dedens seoir,
mais jou ne l'oserai veoir
ne metre en liu ou il me voie :
trop sui meffais ; mais tote voie
m'estuet que devant lui m'apere :
je sui ses fieus, il est mes pere ;
mais trop desdaignai son service.
il me voit, si ne me ravisse
por chou c'onques mais ne me vit
en teus dras ne en tel habit :
chou me fait honteus et couart ;
et que me valent si regart
qant il ne me puet renterchier ?
Rompre me convient et perchier
ceste grant honte et ceste anguisse
et faire tant k'i me connoisse :
ja mais ne lui serai eskius.

XI

COURTOIS
Biaus dous peres, tes chaitis fius,
qui folement parti de toi,
n'onc ne volt croire to castoi
ne ta volenté otroier,
te vient por Diu merchi proier,
tous repentans de son meffait.

LE PÈRE
Qui es tu ? Va, trop as meffait
qui chi t'ies mis a orison.
Di le meffait et l'okison
de choi tu me requiers merchi.

COURTOIS
Ha ! biaus dous peres, ves moi chi,
vo fil Cortois l'eschaitivé,
qui tant a vers vous estrivé
et ouvré sor vostre deffois.

LE PÈRE
Biaus dous fieus, par cent mille fois
soies tu li bien revenus !
Afuble toi, que trop ies nus :
ja mais ne te reconneüsse.
Biaus fieus, si je des ier seüsse
Que repairasses en tel guise,
jou t'euisse autre reube quise.
Ton meffait ne pris une nois,
de puis que tu te reconnois,
et que tu as le mal laissié.
Mon vïel le mieus encraissié
tuerons por ta revenue,
dont la grant cort sera tenue
ça dedens en nostre manage,
et manderons nostre visnage.
Tu as ore eü mal assés :
tant que tu soies respassés,
convient c'on te baigne et dangiere.

XII

LE FRÈRE
Hez avant ! je viens a prangiere,
mout est esmeüs chis osteus.
Qui est or cis noviaus piteus
que vous faites si biele chiere ?

LE PÈRE
Biaus fieus, chou est Cortois ton frere.

LE FRÈRE
Frere ? diable ! est chou gabois !
Revient il partir autre fois ?
Il en porta deniers contans,
mais il a trové le chier tans :
au vis li pert et a la kene.

LE PÈRE
Or n'a il pas mantiel a pene ;
ains a eü, ce poés croire,
poi a mengier et poi a boire.
Or li face l'en reube nueve.
Por varlet ki si bien se prueve,
nous devons molt bien efforchier
et no cras vïel escorchier.
Bien fait ki tel varlet essauce.

LE FRÈRE
Por moi ki vous sierf et descauce,
nuit et jor, en lieu de varlet,
ne tueriés pas un poulet.
Tos jors avés amé le pire.

LE PÈRE
Por amor Die, biaus fieus, ne dire !
Cil est en la fin bien prové ;
perdus fu, or est retrové,
si est molt grant bone aventure.
Damesdieus, cho dist l'Escriture,
d'un pecheor a gregnor joie,
qant il se connoist et ravoie,
que des autres nonante nuef.
Bien en devons tuer no buef
De joie k'il est revenus.

Chantons Te Deum laudamus.