JEAN BODEL
De Haimet e de Barat e Travers

Fabliau

A ceste fable di, baron,
Que jadis furent troi larron
D'une conpaignie ensanblé.
Maint avoir avoient anblé
As genz du siecle e as convers.
Li uns avoit a non Travers ;
As autres deus n'apartenoit,
Mais lor conpaignie tenoit.
Li autre dui estoient frere ;
S'avoit esté penduz lor pere.
C'est as larrons li derrains mes.
Li uns avoit a non Haimes,
E Baraz ses freres germains.
Cil ne resavoit mie mains
Du mestier que li autre doi.

Un jor en aloient tuit troi
Par mi un bois haut e creü.
Haimez garde, si a veü
Desor un chaine un ni de pie.
Va desoz, s'agaite e espie
Tant que il set tres bien e voit
Que la pie ses oes couvoit.
Travers le mostre e puis son frere.
"Seignor, donc nes seroit bons lerre,
Fait il, qui cez oes porroit prandre,
Si coiement a tot descendre
Que la pie mot n'en seüst ?"
"N'est hons qui faire le peüst
En tot le monde", fait Baras.
"Si est, certes, ja le verras,
Fait il, se me vueil esprover ;
Ja si pres ne savras garder
Que ja ne li coviegne perdre."
Atant s'en vat au chesne aherdre
Plus ferm que laz ne ne fait cranpe.
Tot coiement amont s'en ranpe,
Con cil qui bien se sot repondre ;
E vint au nit, desoz l'esfondre,
Tot coiement les oes en trait ;
E puis descent jus tot a trait.
Ses conpaignons les monstra lues.
"Seignor, dit il, or poez oes
Quire, se vos avez du fu."
"Certes, ain tels lerres ne fu,
Fait Baraz, con tu es, Haimet.
Mais or va, si les i remet,
Ge dirai que tot as passé."
"Ja voir n'i avra oef quassé,
Fait il, e si reseront mis."

Atant s'es au chesne repris;
Si s'en vait contremont ronpant.
Mais n'en ala gaires avant,
Quant Baraz s'est aërs au fust,
Qui plus ert que Haimez ne fust
De cest mestier maistres e saiges.
Plus coiement que raz evaiges
Le suit apres de branche en branche.
Onques cil n'en ot ramenbrance,
Quar il ne doutoit home nul.
E cil si li anble du cul
Ses braies, si l'a escharni.
E cil remist ses oes el ni,
Que la pie ne s'aperçut.
Baraz, qui son frere deçut,
Descendi arroment de l'arbre.
Qui donc veïst Travers emarbre !
Tel duel a, a poi qu'il ne font,
Quant ne sait faire ce qu'il font;
E si a toz jorz entendu.

E Haimez est lor descendu.
"Seignor, fait il, que vos en sanble ?
Doit bien vivre qui si bien anble.
Ge ne sai qui me puist sanbler."
Fait Baraz: "Trop ses tu anbler ;
Mais ge molt poi pris ton savoir,
Que braies ne puez tu avoir.
Vers toi molt malement te prueves."
"Si ai, fait il, trestotes nueves
Dont ge anblai l'autrier la toile.
Si me vienent jusqu'a l'orteille,
Li tigeu si en sont il lonc."
"Sire, or les nos montrez donc,
Fait Baraz, e si les verrons."
E cil sozlieve les girons.
Mais des braies nules ne vit
Ainz vit ses coilles e son vit
Tot descovert e nu a nu.
"Diex, dit il, con m'est avenu ?
Por le cuer beu, ou sont mes braies ?"

"Ge ne quit mie que les aies,
Haimez, beax conpainz, fait Travers,
N'a tel larron jusqu'a Nevers
Con est Baraz, si pon moi sanble.
Bien est lerres qu'a larron enble.
Mais ge n'ai avuec vos mestier,
Quar ge n'ai de vostre mestier
Vaillant quatre deniers apris.
Tex cent foiz seroie ge pris,
Que vos eschaperiez par guile.
Ge me retrairai a ma vile,
Ou ge ai ma feme espousee.
Folie avoie golousee,
Qui voloie devenir lerres.
Ge ne sui fox ne tremelerres ;
Ge me sent tant fort e delivre
Qu'assez gaaignerai mon vivre,
Se Dieu plaist, des or en avant.
Ge m'en vois, a Dieu vos coment."

Ainsi se departi Travers.
Tant va de tort e de travers
Qu'il est venuz en son païs.
Travers n'estoit mie haïs
De sa feme dame Marie
Qui molt belement s'est garie.
A molt grant joie le reçut,
Conme son seignor faire dut.
Or fu Travers entre les soens.
Molt devint saiges hons e boens,
E molt volentiers gaaigna ;
E tant conquist e amassa
Qu'il ot assez e un e el.

Un bacon fist devant Noël
D'un porc qu'il ot en sa maison
Encraissi tote la saison.
Bien ot plaine paume de lart.
Travers l'avoit a une hart
Au tref de sa maison pendu.
Mielz li venist avoir vendu
Si fust de grant paine delivres.
Quar si con raconte li livres,
Un jor estoit Travers alez
Au boschet ilueques delez
Por faire amener des garraz.
Ez vos que Haimez e Baraz
Venoient de querre saison.
Si asenent a la maison.
Sa feme troverent filant.
Cil qui le siecle vont gabant
Dient: "Dame, ou est voz barons ?"
Cele ne quonnut les larrons.
"Seignor, fist ele, il est el bos
Por fairce amener des fagoz."
"De par Dieu, font il, puist ce estre !"
Lors s'assieent, s'esgardent l'estre
Les angles e les repotailles ;
N'i remaint soliers ne fusmailles
A regarder de chief en chief.

Haimez dreça amont chief,
S'a veü qu'antre deus bracons
Que penduz i fu uns bacons.
"Certes," dit Baraz a Haimet,
"Bien voi qu'an grant paine se met
Travers d'avoir amonceler.
Molt se set bien por nos celer
En sa chanbre ou en sa despense ;
C'est por espargnier sa despanse.
Ne welt que nos riens li coustons,
Ne que enquenuit en menjons
De son bacon ne de son lart.
Mais si ferons, se feus ne l'art,
Font il, mais que bien li ennuit,
Li enbleron nos enquenuit."
Atant s'en vont, s'ont pris congié.
En une haie sont mucié ;
S'a chascuns aguisié un pel.

E Travers repaire a l'ostel,
Qui le jor n'ot gaires conquis.
"Sire, dui home vos ont quis,"
Fait sa feme dame Marie,
"Qui tote m'ont fait esmarie,
Que g'estoie seule en maison.
E il sistrent sor no laiszon.
Si avoient laide veüe.
Çaienz n'a riens n'aient veüe
Qui fors de chanbre soit desclose,
Ne le bacon ne autre chose,
Coutel ne sarpe ne coingniee.
La maison ont bien encligniee,
Que lor oill totes parz voloient.
Ainz ne me distrent qu'il voloient,
Ne ge ne lor ai rien enquis."
"Bien sai qui sont e qu'il ont quis,
Fait Travers, veü m'ont sovent.
Li bacons a fait son couvent,
Perdu l'avon, ce vos pramet ;
Quar entre Barat e Haimet
Venront encor ennuit porec ;
Le matin en seron sans huec,
De ce sui ge trestot seürs.
Bien m'avoit ore max eürs
Fait bacon a lor oes tuer.
Certes, l'en me devroit huer,
Quant samedi ne l'alai vendre."
"Sire, quar l'alomes despendre,
Fait sa feme, por esprover
Se nos le porrions tenser.
Se li bacons est mis a terre,
Il ne le savront mais ou querre,
Quant ne le troveront pendant."

Tant li fait sa feme entendant
Que Travers monte cele part.
Si li a coupee la hart,
E li bacons chaï en l'aire.
Or n'en sevent il mais que faire,
Mais que sor son siege le lait,
Si le covrirent d'une met.
A grant doute se vont gesir.

Cil qui du bacon ont desir
Vinrent quant il fu anuitié.
S'ont tant a la paroi luitié
C'un treu firent desoz la sole,
Dont l'en peüst traire une mole.
N'i demeurent pas longuement;
Enz entrerent molt coiement.
Haimez molt bien le trou recuevre,
Qui ot esté sages de l'uevre;
Si vont tastant par la maison.
Baraz, qui molt fu malvais hom
E lerres envieus e fel,
Ranpa tant de banc en astel
Qu'il est venuz droit au bracon
Ou il vit pendre le bacon.
Tant tasta de chascune part
Qu'il senti coupee la hart
Dont li bacons estoit penduz.
Lors est a terre descenduz,
Si vait seoir joste son frere.
En l'oreille li dist li lerre
Que il n'en a mie trouvé.
"Voiz, fait il, du larron prouvé !
Le cuide il vers nos tensser ?
Folie li a fait pensser."

Lors conmencent a oreillier
Tant qu'il oïrent esveillier
Travers qui n'osoit reposer.
Sa feme conmence a choser,
Qui un poi estoit esclignie.
"Dame, fait il, ne dormez mie !
Dormirs n'est or pas de saison.
E g'irai aval la maison
Savoir se ge troverai ame."
"Non ferai ge ça," dit la feme.
Travers, qui molt fu saiges hom,
Se lieve e vait par la maison ;
Onques n'i ot braie chauciee.
La met a un poi sozhauciee,
S'a desoz son bacon senti.
Or cuide bien avoir menti
Qui dist que ce estoient il.
Adonc s'en vait en son cortill.
En sa main porte une grant mace.
En s'estable trova sa vache ;
Molt fu liez quant il la trouva.

E Baraz vers le lit s'en va
Tot coiement delez l'esponde.
Or est droiz que je vos esponde
Con li lerres fu de haut cuer.
"Marion, fait il, bele suer,
Ge vos diroie une chose
Mais mes cuers dire ne vos ose.
Ou ennuit no bacon meïsmes ?
Ge ne sai que nos en feïsmes,
Tant par fu mes songes avers."
"Diex, aïde, sire Travers,
Fait ele, con ci a mal plait !
Ou est il? Desoz cele met,
Sor ce lesson acouvetez."
"En non Dieu, suer, c'est veritez !
Fait cil, e ge irai sentir."
Onques ne l'en daigna mentir :
La met hauce, le bacon prant,
Puis vient la ou Haimez l'atent,
Au pié du lit, ou il escoute.
Baraz vient a lui, si le boute,
Si conme cil qui molt l'a chier.

E Travers s'est alez couchier;
S'a molt bien les huis refermez.
"Certes, bien estes enivrez,
Fait sa feme, chaitis a droit,
Qui me demandiez orendroit
Que mes bacons est devenuz.
Molt estes or dessovenuz,
Ne fu mais hom en si pou d'eure."
"Quant, fait il, se Diex me sequeure ?"
"Orainz, sire, se Diex me saut."
"Suer, noz bacons a fait un salt,
Fait cil, gemais ne le verrons,
Se ge nel ranble a cez larrons,
Qu'il n'a meillors en nule terre."

Travers saut sus, si les va querre,
Qui molt ot la nuit de torment.
Un sentier vait par un forment ;
Les suit apres les granz galos
Tant qu'il vint entr'ax e le bos.
Haimez ert ja pres de l'oriere,
Mais Baraz ert encor arriere,
Que li bacons nel laissoit corre.
Travers, qui le voloit rescorre,
S'en vint a lui plus que le pas.
"Done ça, fait il, trop es las.
Tu l'as ore porté grant pose,
Or done ça, si te repose!"
Cil cuide avoir ataint Haimet ;
Le bacon sor le col li met.
Puis vait devant un'alenee ;
E Travers fist la retornee
Au plus tost que il le pot faire.
A tot son bacon s'en repaire,
Qu'il a vassalment secoru.

E Baraz a ja tant coru
Que son frere a aconseü.
S'en a itel paor eü
Qu'il chaï en une charriere,
Por ce qu'il le cuidoit arriere.
E quant cil l'oï trebuschier,
Si le conmença a huschier :
"Laisse moi porter une piece !
Ge ne cuit mie que ge chiece
Por un bacon, si con tu fais.
Molt par en as eü grant fais ;
Avoir chargié le me deüsses."
"Ge cuidoie que tu l'eüsses,
Fait cil, se Diex me doint santé !
Travers nos a bien enchanté ;
C'est cil qui son bacon enporte.
Mais ge l'en ferai une torte,
Se ge puis, ençois qu'il s'en torne."
Grant aleüre s'en retorne,
Onques n'i fist graignor atente.

Travers aloit une autre sente,
Tot belement e tot en pais,
Conme cil qui ne cuidoit mais
Avoir garde de nule chose.
Baraz i vint a la forclose,
Qui de corre ot la pel moilliee.
Sa chemise ot despoilliee ;
Entor son chief la mist molt blanche
Trestot en itele senblance
Con s'il fust feme se deporte.
"Lasse, fait il, con ge sui morte !
Con Diex me tient que je n'enraige !
Con si grant perte e tel damaige
Ai eüe par cez larrons!
Diex, ou est alez mes barons
Qui receü a si granz pertes ?"
Travers cuida trestot a certes
Ce soit sa feme qui la vient."
Suer, fait il, droit a droit revient,
Que ge raporte mon bacon.
Tosche le trois foiz a ton con !
Si ne le porron james perdre."
E cil vait le bacon aërdre
Qui jamais nel cuidoit tenir.
"Laissiez m'en, dit il, covenir !
Alez vos en, sire Travers,
Que ge voudrai tot en travers
E cul e con trois foiz touchier ;
Voz poez bien aler couchier
Mais ge ne l'ox faire de honte."

Travers par mi le sentier monte,
Si s'en revient a son ostel.
E cil, qui ne demandoit el,
Prent le bacon par le hardel,
Si l'encarche con un fardel ;
Vers son frere vient arroment.
E Travers a trové plorant
Sa feme, quant en maison vint.
"Certes, Marie, ainz mais n'avint,
Dit il, ce ne fu par pechié.
Ge vos quidoie avoir chargié
Le bacon en son ce cortil.
Mais or sai bien que ce fu cil
Qui le m'estoit venuz enbler.
Diex! conment si pot resanbler
Feme de fait e de parole ?
Entrez sui en molt male escole ;
Mar fust il onques por bacons !
Ençois ne remanroit tacons
Ne semele jusqu'a la plante
Que ge encui ne lor sozplante,
Se Diex les me laisc trover.
Or prismes me vueil esprouver,
Puisque tant me sui entremis."

Lez le bos s'est au chemin mis,
E quant il enz el bois par fu,
Si vit luire clarté de fu
Que cil alumé i avoient
Qui molt bien faire le savoient.
Travers se muce lez un chaine ;
Si escote con se desraisne
Baraz e ses freres Haimes.
Dïent que del premerain mes
Voldront de cel bacon mengier,
Ainz c'on lor puist les dez changier.
Lors vont concueillir des sechons.
E Travers vint a demuçons
Au chaine ou li feus alumoit.
La laigne estoit verz, si fumoit,
Si que issir n'en pooit flambe.
Travers le chaine lor enjambe.
Tant va par branches e par rains
Qu'il vint en son as deerrains.
Le bacon enbler ne lor daigne.

E cil aportent de la laigne,
Si gietent el fu a mainees,
Dont il cuiront des charbonnees
Du bacon, e Travers l'entent.
Par un braz au chaine se pent ;
Si ot deslié ses tigeus.
Haimez gita amont ses elz ;
Si vit desor lui cel pendu,
Grant e hideus e estendu.
Toz li peus li lieve de hide.
"Baraz, noz peres nos revide,
Fait Haimez, molt vileinement.
Voiz le la desus ou il pent !
C'est il, ja mar en douteras."
"Diex, aïde! ce dit Baraz,
Moi sanble qu'il doie avaler."
Le gieu gaaignent par aler ;
Endui sont en fuie torné,
Si qu'il n'ont au bacon touchié,
Quar il n'orent tant de loisir.

Quant Travers n'en pot un choisir,
Sor le chaine plus ne sejorne ;
A tot son bacon s'en retorne
Isnelement le droit sentier ;
Si l'en reporte tot entier,
Que nule riens n'en fu a dire.
Sa feme li comence a dire :
"Sire, bien soiez vos trouvez !
Bien estes ennut esprovez ;
Ainz mais si hardiz hom ne fu."
"Suer, dit il, alume le fu
E de la busche e du charbon !
Il covient cuire no bacon,
Se vos volez qu'il nos remaigne."
El alume le fu de laigne
E met de l'eve en la chaudiere,
E la pendent a la hardiere,
Tot belement et tot sanz tence.
E Travers le bacon detrenche,
Qui molt li fist la nuit de paine.
Si fu pres la chaudiere pleine,
Quant toz li bacons fu tailliez.
"Bele suer, dit il, or veilliez
Lez le fu, si ne vos ennuit.
E ge, qui ne dormi ennuit,
Me reposerai en mon lit ;
Mais ge n'i avrai nul delit ;
Ne sui pas encor bien seürs."
"Sire, fait ele, max eürs
Les i aporteroit huimais.
Dormez vos or bien e en pais !
Jamais ne vos en feront tort."
Cele veille, e cil se dort,
Qui molt desirroit le repos.

E Baraz se demente el bos;
Bien set Travers l'a escharni,
Qui du bacon l'a desgarni.
"Certes, fait il, par malves cuer
Avons gité no bacon puer;
E Travers l'a par son barnaige.
Bien en doit faire son carnaige ;
Ne quide mais que il le perde.
Bien nos porroit tenir por merde,
S'ainsi li laissomes ravoir.
Alons en la maison savoir
Conment il en a esploitié."

Tant se sont de l'aler haitié
Qu'il sont venu devant son huis.
Baraz mist son &156;il au pertuis
E vit la chaudiere qui bout.
Sachiez qu'il li ennuia molt.
"Haimet, fait il, li bacons cuit.
Molt m'anuie certes e quit
Que nos ne li poons tolir."
"Si laisse, dit Haimez, boulir
La char tant qu'ele soit bien cuite ;
Que ge ne li claing mie quite ;
Ma peine li covenra soudre."
Une longue verge de coudre
Prant, si l'aguise du coutel.
Puis est montez sor le toitel ;
Si le descuevre en cel endroit,
La ou la chaudiere boloit.
Tant osta de la coverture
Qu'il vit par mi l'entroverture
La feme Travers someillier,
Qui lassee fu de veillier ;
S'aloit la teste enbrunchant.
E cil devale le perchant,
Qui plus estoit aguz d'un dart.
Par mi une piece de lart
Le fiert, si droit con a sozhait ;
Fors de la chaudiere le trait.
En ce qu'il amont le traoit,
Travers s'esveille, si le voit,
Qui forz lerres ert e rubestes.
"Seignor, dit il, qui lasus estes,
Vos ne faites mie raison
Qui me descouvrez ma meson.
Ainsi n'avrons nos jamais fait.
Partons, si que chascuns en ait
Du bacon, e si descendez !
Laissiez en, e si en prenez,
Que chascuns en ait sa partie !"

Descendent tost; si ont partie
La char Travers, voiant ses elz.
Trois monceax en firent o elz.
N'i laisserent que sozpeser.
Sa feme font les loz giter.
Li dui frere les deus monz orent ;
Mais onques Travers, se il porent,
Qui norri avoit le porcel,
N'enporta le meillor morsel.

Por ce fu dit, segnor baron :
Male conpaignie a en larron.