JEAN BODEL
Des sohaiz que Sainz Martins dona Anvieus et Coveitos

Fabliau

Seignor, aprés lo fabloier
Me voil a voir dire apoier ;
Car qui ne set dire que fables
N'est mie conteres raisnables
Por une haute cort seirvir,
S'il ne set voir dire o mentir.
Mais cil qui del mestier est cers
Doit bien par droit, entre deux vers,
Conter de la tierce meüre.

Que ce fu veritez seüre
Que dui conpaignon a un tanz
Furent, bien a passé cent anz,
Qui menoient mout male vie :
Car li uns ert si plains d'anvie
Que nus plus de lui a devise.
L 'autre si plains de covoitise
Que nus ne lo porroit plus dire.
Cil ert assez malvais o pire.
Covoitise preste a usures,
Et fait recoper les mesures,
Homes en batailles perir
Nes Deus fait ele relanquir.
Covetoise fait l'ome prendre
L'autrui don ele lo fait pandre,
Et il en cuide avoir plus aise.
Envie est ore si malvaise
Qu'ele va lo mont covoitant.

Entre envieus et covoitant
Chavauchoient endui ensanble ;
Si encontrerent, ce moi sanble,
Saint Martin en une champeigne.
Po ot esté en lor conpeigne
Quant il les ot espermentez
De lor malvaises volantez
Qui au cuer lor erent plantees.
Lor trovent deus voies hantees
Qu'i departoit une chapele.
Sains Martins les homes apele
Qui menoient malvais mestier :
"Seignor, fait-il, en cest mostier
Tornerai mon chemin a destrc ;
De moi vous doit il bien miauz estre.
Je sui Sains Martins li prodon.
Li uns de vous dement un don,
S'il avra tot a son conment ;
N'est riens nule qu'il me dement
Qu'il ne l'ait lors qui lui plaira.
Et li autres qui se taira
En aura aurament deus tanz."
Lors s'apansa li covoitanz
Qu'il lairai demander celui :
Si en avra deus tanz de lui ;
Mout golosoit doble gaaing :
"Demande, fait il, biaus conpaing,
Seürement quant tu avras
Quanque tu demander sauras.
Soies larjes de soaidier :
Se del rover te sez aidier,
Riches seras tote ta vie."
Cil qui lo cuer a plain d'anvie
Ne demandera pas son voil,
Qu'il morroit d'anui et de duel
Se cil en avoit plus de lui.
Ensi s'estoient par anui
De demander une grant piece :
"Demande, qu'il ne t'an meschiece",
Fait cil qui avoit covoitié,
"S'an avrai tote la moitié
Plus de toi, mal i vas tardant.
Demande, o je te batrai tant
Que miauz ne fu asnes a pont.
- Sire, li envieus respont,
Je demanderai, ce sachiez,
Ançois que nul mal me faciez.
Se demant argent o avoir,
Vous en voldroiz deus tanz avoir.
Mais rien n'i avroiz, se je puis ;
Saint Martin, fait il, je te ruis
Que j'aie perdu un des iauz,
Et mes conpainz en perde deus :
Si sera doblement grevez."
Bien en fu tenuz li otroiz
De quatre elz perdirent Ies troiz.
Tantost ot cil les iauz crevez.
N'i conquistrent nule rien nule,
Ainz fist l'un borgne et l'autre avugle
Sains Martins por lo lor sohait,
Cui il perdirent. Dahaz ait
Parmi lo col cui il en poise,
Qu'i furent de male despoise.